Assemblée nationale / Mimi renforce les non-inscrits : Vers une institution avec le dialogue comme maître-mot…

0
66

Jusque-là, la coalition présidentielle disposait de 83 députés avec l’arrivée de Pape Diop de la coalition Bokk Guis Guis juste après les résultats des dernières élections. Cet après-midi, la tête de liste nationale de Benno rend le tablier au niveau de la mouvance et solde même ses comptes après un long périple dans la mouvance. Des hauts et des bas, elle en a connu dans le camp présidentiel aux différentes stations occupées jusqu’à la question du 3e mandat, qui la pousse à rejoindre le camp des non-alignés au niveau de l’assemblée nationale. 

Dans son point de presse de ce dimanche, l’ancienne ministre convoque l’article 22 du règlement intérieur qui va lui permettre de rejoindre un autre camp de son choix. L’opposition plurielle détient ainsi globalement 83 députés contrairement à Benno qui se retrouve avec 82 députés du fait de la sortie annoncée d’Aminata Touré. Ce qui est dans ce cas précis à noter, c’est que Aminata Touré a souligné la pertinence de se mettre du côté des non-inscrits pour une indépendance affirmée face aux impératifs et exigences des sénégalais.

Dans le cas où des projets ou propositions de lois émananeraient du pouvoir ou de l’opposition, la question de la pertinence, du réalisme et de l’opportunité va être interrogée.

Faut-il penser à une instabilité de l’assemblée nationale ? En effet, au regard de cet équilibre des forces qui est, inédit dans l’histoire politique du Sénégal, les concessions seront épineuses entre parlementaires. Certains projets contestés notamment sur la question de l’homosexualité, les audits sur la gestion des deniers publics, le basculement peut intervenir de part et d’autre. Dans sa posture d’observateur ou d’analyste politique, Mamadou Albert Sy considère que le camp de la mouvance, à l’assemblée risque d’être fragilisé au regard de la tournure des débats sur les lois et de la manifestation des rapports de force entre les groupes parlementaires. Toutefois, le choix d’essayer d’exclure Aminata Touré de l’assemblée est juridiquement  impossible. En revanche, politiquement ce sera possible car, ayant quitté Benno, des arguments de trahison de la mouvance peuvent être interrogés. Une lecture complexe pour le président de la majorité, selon l’analyste politique. 

Pour Me Pape Sène de la coalition Benno Bokk Yakaar, la majorité à l’assemblée est loin d’être perdue. En réalité, pour lui, dans la rigueur des principes, Benno reste toujours majoritaire avec 82 députés. Même avec une personne qui rejoint les non-inscrits, les principes qui caractérisent les groupes parlementaires qui sont au nombre de trois, reste le même. « La majorité est largement devant Yewwi et devant Wallu en terme de représentation des députés. D’autre part, nous avons maintenant 3 non-inscrits » considère Me Pape Sène estimant que tout dépend de la proposition ou du projet de loi qui est mis sur la table. 

Cependant, ce qui reste évident selon le membre de la mouvance, c’est la prise en compte de ce dialogue au niveau de l’assemblée qui va d’ailleurs, avec le débarquement d’Aminata Touré, marquer sa présence dans cette 14e législature. Dans ce cas précis, la responsabilité des députés sur leur prise de position concernant ce qui se décide dans cette institution sera dès lors, déterminante…

Avec Dakaractu

Leave a reply