Magal de Touba, Gamou de Tivaouane : quand nous nous trompons de calendrier.

0
164

En ma qualité d’enseignant, soucieux du bon comptage des éditions de nos événements religieux, notamment du Magal et du Gamou, j’attire, une fois encore, l’attention des Sénégalais sur la confusion entretenue dans le dénombrement des Magal de Touba et Gamou de Tivaouane par la presse dakaroise.

 

 Déjà en 2002, prenant pour prétexte les célébrations des « centièmes » éditions des Magal de Touba (en 1995) et Gamou de Tivaouane (en 2002), nous relevions les erreurs sur l’énumération des éditions de ces fêtes religieuses.

 

Deux décennies après, les articles se rapportant au Magal 2022 (1445 de l’Hégire) nous obligent à relancer le débat pour éclairer l’opinion sénégalaise sur cette importante question. Pour la plupart des médias sénégalais, le Magal du 15 septembre 2022 était la 128e édition.

 

 

En 1995, la communauté mouride avait célébré le centième anniversaire du départ d’exil du vénéré Cheikh Ahmadou Bamba, fondant leur calcul sur l’année grégorienne 1895. En 2002, c’est au tour des disciples d’El hadj Malick Sy de commémorer la 100e édition du Maouloud, fêtée pour la première fois à Tivaouane en 1902. Les recherches faites à l’époque nous permirent de constater qu’avec l’utilisation du calendrier grégorien pour calculer les éditions de ces fêtes, les musulmans sénégalais avaient tardivement célébré les centièmes anniversaires de ces événements religieux.

 

 

Nous savons que le calendrier grégorien qui nous sert souvent de repère (surtout dans les centres urbains) est solaire, adopté au 16ème siècle par le Pape Grégoire XIII pour corriger le retard que prenait le calendrier Julien (365,25) sur le soleil, retard qui avait atteint 10 jours au moment de la réforme. Il compte 365 jours 5 heures 48 minutes ou 366 jours les années bissextiles.

 

 Le calendrier musulman ou hégirien est, par contre, lunaire, divisé en 12 mois de 29 ou 30 jours, soit 354 ou 355 jours pour l’année hégirienne.

 

Il apparaît ainsi une différence de 10 à 11 jours entre les deux calendriers selon les années. Comptée sur une période de 33 ans, cette différence équivaut à une année supplémentaire pour les musulmans. C’est pour cette raison que nous avons eu deux Magal en 1980 (07 janvier et 26 décembre), deux Magal en 2013 (1er janvier et 22 décembre), deux Maouloud en 1982 (07 janvier et 27 décembre), deux Maouloud en 2015 (nuit du 03 au 04 janvier et nuit du 23 au 24 décembre), deux Korité en 2002 (08 janvier et 27 décembre), deux Tabaski en 2006 (11 janvier et 31 décembre). Ces situations se reproduirons (inchallah) en 2046 pour le Magal et en 2048 pour le Gamou.  

 

Selon le Coran (sourate 10, verset 5) : « Dieu est celui qui fit du Soleil une lumière et de la lune une clarté, et pour celle-ci détermina des phases pour que vous connaissiez le nombre des années et le calcul (du temps). DIEU n’a créé cela qu’en (toute) vérité. Il expose en détail les signes pour qui sait ».

 

 Dans la Sourate 18, verset 25, ALLAH proclame « or ils demeurèrent dans leur caverne trois cents ans et en ajoutèrent neuf (années) ». Nous avons ainsi 03 années par siècle.  Lorsque le Prophète Muhammad (P. S. L) quitte la Mecque pour Médine, l’ère chrétienne est déjà vieille de 621 années 06 mois. En l’an 2022, seulement 1400 années grégoriennes se sont écoulées contre 1444 années hégiriennes et troisjdd mois pour l’année 1445.

 

 

Nous dévons comprendre que le calendrier grégorien ne peut être utilisé pour calculer les éditions des fêtes musulmanes. En le faisant nous nous installons dans une erreur dont la récurrence laisse à désirer.

 

Dans ce cadre, les 100e années grégoriennes du départ d’exil du Cheikh et du Gamou de Tivaouane, coïncidaient avec les 103e années hégiriennes. Exilé le 18 safar 1313 H (21 septembre 1895), la centième édition ne pouvait survenir qu’en l’an 1412. Pour Tivaouane, la centième édition correspondait à l’année 1419 H (1999).

Les musulmans étant entrés dans l’année hégirienne 1445 H, nous avons célébré pour le Magal de Touba, la 133e édition (1445 – 1313) plus 01 et pour le Gamou de Tivaouane la 126e édition (1445 -1320) plus 01. La difficulté pour passer d’un calendrier à un autre peut être contournée à partir de ce système de calcul très simple :

Hégire (Année grégorienne – 622) x 100 : 97
1444/1445                         (2023 – 622) x 100 : 97
Année grégorienne                         (Hégire x 97) : 100 + 622
2023                            (1445 x 97) : 100 + 622

 

En rectifiant cette erreur, la communauté musulmane s’inscrira sur les voies tracées par nos illustres guides religieux. Il restera à résoudre le problème du moment à choisir pour « sortir la zakat ». Les musulmans qui utilisent le calendrier grégorien, pour accomplir ce pilier de l’islam, devront payer une année supplémentaire sur une période de trente trois années et deux zakats pour une durée soixante six années.

 

 

 

 

MEDOUNE PAYE, Enseignant à la retraite   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

       

Leave a reply